Conférence du CRASC: Les défis des enquêtes quantitatives en Algérie: lecture à partir d'une expérience de recherche.

Animée par Nacer-Edinne HAMMOUDA, CREAD


Le lundi 23 mai 2016 à 14h00.

(Au siège du CRASC).

 

La gestion d’un état moderne nécessite une connaissance minimale de la réalité socio-économique du pays. C’est aux différents organismes de statistiques qu’est dévolue cette tâche mais aussi au secteur de la recherche scientifique plus particulièrement dans le domaine des sciences sociales. Or plus on veut que cette connaissance soit approfondie et aborde différents domaines (économie, sociologie, démographie, épidémiologie, etc..), plus il faut de moyens tant financiers qu’humains. Or les moyens dont dispose les organismes chargés de la production statistique sont à l’image des moyens dont dispose le pays. Donc va se poser, le problème de l’allocation optimale de ces ressources. C’est pourquoi nous allons nous intéresser aux synergies à développer entre le SNIS et le secteur de la recherche scientifique et au lien entre les programmes des grands travaux statistiques et les programmes nationaux de recherche (PNR).

Le présent travail consiste à voir dans quelle mesure le système algérien d’information statistique pourrait relever le défi pour répondre à la demande du secteur de la recherche scientifique. Force est de noter que l’Algérie a connu et connait toujours, des changements à tous les niveaux : politique (passage du parti unique au multipartisme), économique (passage d’une économie à planification centralisée à une économie de marché), médiatique (passage de médias publics à un paysage plus diversifié), démographique (transition démographique) et épidémiologique (transition épidémiologique). La question qui se pose dès lors  est de savoir si le système national d’information statistique s’est adapté à cette nouvelle donne et comment ?

Pour ce faire nous avons examiné la genèse du SNIS[1] et son fonctionnement actuel ainsi que la possibilité qu’il puisse répondre aux besoins de la recherche scientifique en sciences sociales tant en termes d’indicateurs statistiques mais aussi et surtout en termes de possibilités d’analyses d’une réalité complexe et mouvante, qu’il permettrait. Nous conclurons par des suggestions pour que le SNIS puisse produire l’ensemble des indicateurs prévus à l’échelle internationale (KILM[2], ODD[3], etc..) auxquels l’Algérie a adhéré activement et s’ouvre au secteur de la RS à moyen terme, à l’aune de « l’open data » et des « big data » et de la mise en application de l’article 51[4] de la nouvelle constitution de 2016 et de la réactivation du conseil national de la statistique (CNS).

 [1] Système national d’information statistique

[2] Indicateurs clés du marché du travail

[3] Objectifs de développement durable

[4] Art. 51 : L'obtention des informations, documents, statistiques et leur circulation sont garanties au citoyen.  L'exercice de ce droit ne peut porter atteinte à la vie privée, aux droits d'autrui, aux intérêts légitimes des entreprises et aux exigences de la sécurité nationale. La loi détermine les modalités d'exercice de ce droit

 

Unités de recherche

- UCCLLA  : Cité Bahi Amar, Bloc A, N°1 Es-Sénia BP 1955 -El M'naouer 31000 Oran, Algerie. Tél / Fax : +213 (0) 41.55.42.48 / E-mail : ucclla @ crasc.dz

- URTT : Cité Bahi Amar, Bloc A, N°1 Es-Sénia BP 1955 -El M'naouer 31000 Oran, Algerie. Tél / Fax : +213 (0) 41.55.42.46 / E-mail : urtt @ crasc.dz

- RASYD : Université de Blida 2, El Afroun, Algerie / E-mail : rasyd @ crasc.dz

-TES : Faculté des Arts et de la culture, Université de constatine 3 constantine, Algerie. E-mail : tes @ crasc.dz

Coordonnées

+213 41 62 06 95
+213 41 62 07 03
     +213 41 62 07 05
     +213 41 62 07 11

 +213 41 62 06 98
 +213 41 62 07 04 

contact @ crasc.dz

C.R.A.S.C. B.P. 1955 El-M'Naouer Technopôle de l'USTO Bir El Djir 31000 Oran