Conférence du CRASC: Corps et religion. Traditions culturelles et fondement théoriques

Animée par Roberto CIPRIANI, Université Roma Tre, (Italie)
Le lundi 21 mars 2016 à 14h00.

(Au siège du CRASC).

 

Corps et religion. Traditions culturelles et fondements théoriques

Toutes les religions prennent en considération l’élément corps car il s’agit d’une dimension essentielle de l’existence ou bien de la possibilité même d’avoir une vie.

Mais le contenu de cette considération change par rapport à chaque perspective religieuse, en particulier pour ce qui concerne la différence de genre. Bien entendu les différences ramènent plutôt à des traditions culturelles et non pas aux fondements théoriques de chaque doctrine religieuse.

La conception du corps est liée par les religions au renvoi à l’après-mort, c’est-à-dire à la fin de la vie du corps. Et cela distingue beaucoup entre christianisme et hindouisme, entre islam et shintoïsme, entre bouddhisme et confucianisme.

Un autre rapport crucial est constitué par la référence à une âme et donc à une relation entre physique et abstrait, entre corporel et spirituel.

Et encore : un passage décisif est celui qui se base sur la valeur de la sexualité, à travers la permission et la prohibition, l’exaltation et le mépris, et donc l’évaluation et l’expérience.

Pour finir, l’utilisation du corps et de tout ce qui le couvre fournit une signification symbolique stratégique à chaque personne : le pape et le roi, l’imam et le cheik, le marabout et le chef.     

Rock for you