Journée d’étude: Le retentissment de l'histoire(s), mémoire(s) et de l'identité(s) en Afrique subsaharienne, au Maghreb et en Orient.

Organisée par l'équipe de recherche /CRASC: " Identité(s) / altérité(s) entre Histoire, mémoire et (re) présentation".

Le mercredi 20 février 2016 à 09h00.

(Au siège du CRASC).

 

L’ambition de ce Workshop, conformément à l’esprit général de la division de recherche du CRASC, c’est-à-dire donner à connaître et à penser les notions d’Histoire, de« mémoire » et d’« identité ».Ce travail de rechercheentend à discerner, à penser et à questionner les notions d’Histoire, de mémoire et d’identité en Afrique subsaharienne, Maghreb et Orient.

L’Histoire serait cette représentation, reconstruction du passé d’un peuple sous son aspect général ou sous des aspects particuliers, selon le lieu, l'époque, le point de vue choisi; ensemble des faits, déroulement de ce passé.

L’identité, peut être entendue comme un ensemble de caractéristiques qui permettent de définir précisément un objet ou un individu. Affirmer une identité, c’est se projeter dans le monde comme une individualité et aussi reconnaitre l’Autre, tout en mettant en évidence ses différences constitutives.

La mémoire, quant à elle, Jacques LACAN écritdans son ouvrage intitulé Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse (2008), que chaque groupe humain est porteur d’une mémoire collective par rapport à laquelle la mémoire individuelle s’identifie. La mémoire fait appel aux cadres sociaux (le langage, l’espace et le temps) qui constituent des moyens dont le groupe se sert pour reconstruire « le passé en fonction de ses intérêts du présent ». La mémoire peut se définir comme souvenir (s), trace (s), conscients et/ou inconscients contenant des explicationsmultiples. Les questions identitaires et celles liées à la mémoire ainsi qu’à l’Histoire s’expriment dans des pratiques qui entretiennent de nouvelles formes de vie, c’est pourquoi, ce Workshop entend questionner ces notions en Afrique subsaharienne, Maghreb et Orient. Il s’agit de croiser des disciplines et des méthodes usitées dans les sciences littéraires, les sciences sociales et humaines.Aussi, l’ensemble des points de réflexion s’orientent vers trois problématiques fondamentales :

Il s’agira de convoquer l’Histoire, on s’intéressera au concept de « présence-absence », « identité-quête », à l’historicité et à l’historisation sans cesse renouvelées. Le rôle, les enjeux et les perspectives de la littérature à perspective identitaire/Historique sont à revisités.

En lien avec l’identité, la relation à l’Autre reste le fondement de ladite notion. On se penchera sur les expressions de « l’entre-deux », « d’ici et d’ailleurs », du « proche et du lointain », du « sujet de culture ».

La trilogie qui mérite d’être dégagée ici est donc celle d’un contexte (les histoires du continent), d’une littérature-témoin au travers des stratégies Historique/mémorielles qui en constituent le cadre d’investissement majeur. Il est question non seulement d’un rapport de circularité entre ces trois entités mais aussi d’un rapport d’interpénétration dialogique (Bakhtine) dans la textualité des œuvres où elles sont investies. Certaines perspectives historiques ou sociologiques mettent en lumière la construction historique des subjectivités, et le rôle des structures socio-historiques, culturelles et de pouvoir dans l’élaboration d’un récit de soi (Foucault 1976), de la mémoire (Halbwachs 1925) et de l’identité (Eribon 2009).
Il semble aujourd’hui nécessaire de faire dialoguer ces différentes disciplines pour analyser le rôle du récit dans la construction individuelle, la mise en abyme de l’H/histoire: à la fois pour comprendre les processus au travers desquels s’élabore l’identité ainsi que l’Histoire. C’est ce lien entre le récit et l’identité, entre le récit et l’H/histoire, qui fera l’objet de ce Workshop: Récit de témoignage, mémoire et identité, Histoire et identité Il s’agit de faire dialoguer encore une fois, différentes approches et différentes disciplines pour analyser l’identité/histoire personnelle comme ce qui se construit et se réélabore sans cesse dans des récits individuels et collectifs. Dans quelle durée est-il plus fécond d’inscrire l’Histoire en termes de Mémoire ? (la mise en récit de son histoire, la reconstruction de souvenirs, le dialogue avec autrui…)

Le workshop s'organisera autour de quelques axes thématiques :

Récit de mémoire et d’Histoire : Le premier axe de travail développera une réflexion sur l’état de la mémoire d’aujourd’hui, en se centrant sur les relations entre la capacité à se raconter et la capacité à se souvenir, à titre d’exemple : faire appel à la mémoire autobiographique.

Quelle est la place de la mémoire personnelle dans la construction du récit HISTOIRE Identitaire ? ?

Comment est-ce que l’Histoire peut convoquer la Mémoire en amant et en aval ? 

Récit de soi : Le deuxième axe se propose d'analyser le contexte et l’historique de la construction du récit de témoignage.

 

Récit de fiction :

Quel récit à caractère identitaire construit-on dans des formes littéraires telles que l'autobiographie et l'auto-fiction?

Rock for you