Unités de recherche

Dictionnaire des pratiques dénominatives des Algériens : Usages et représentations

Du 01/01/2018

Au 31/12/2020

Chef de projet : YERMECHE Ouerdia



 

Membres de l’équipe :

AMOROUAYACHE Essafia

IBABAR Amel

KAABECHE Dalila

GUIROUS Hassen

 

Problématique

L’onomastique  ou sciences des noms propres est un domaine de réflexion inépuisable tant  son objet est important dans la définition de l’homme et de son univers. Ce projet de recherche se veut un prolongement de la réflexion menée depuis plusieurs années, dans le cadre de projets PNR et de projets d’établissement RASYD/CRASC sur la problématique onomastique en général et anthroponymique en particulier.                                                                                       

Dans les précédents projets que nous avons initiés, projet PNR  «Anthroponymie et état civil : nomination et écriture(s) des patronymes en Algérie », et projet d’établissement « Les anthroponymes algériens : usages oraux, transcriptions  graphiques et questions de normalisation »,  la réflexion a porté sur le fonctionnement du nom patronymique algérien, sur sa logique symbolique et sémantique,   et enfin sur son évolution à travers l’histoire. Par ailleurs nous avons réfléchi à la genèse du nom patronymique qui est étroitement lié à la création de l’état civil par l’administration coloniale française. Notre étude a porté sur les conséquences induites par  cette nouvelle procédure de nomination  qui était en réalité une opération de dé/re/nomination de l’Algérien. L’autre volet de notre recherche est celui qui a consisté à lister les dysfonctionnements graphiques  des noms propres algériens d’abord en français durant la période coloniale, en arabe ensuite par l’administration algérienne de l’indépendance.

   Au cours de ces années d’investigations, d’observation et d’analyses des données anthroponymiques, nous avons remarqué la place prépondérante des faits culturels sur la production du nom propre en général et de l’anthroponyme en particulier.  En effet, cette catégorie lexicale qu’est le nom propre  reflète les us et coutumes des nommants. L’acte de nommer n’est jamais fortuit mais toujours prédéterminé par des facteurs historico-idéologiques, politiques, socioéconomiques et culturels.                                                                                       

Dans ce présent projet, forts de notre capital connaissance dans le domaine de l’anthroponymie, nous voulons poursuivre notre réflexion en l’élargissant à toutes les pratiques dénominatives des algériens. Notre objectif est double :                                                                                       

Dans un premier temps, nous nous attacherons à analyser les pratiques dénominatives de nos concitoyens au niveau national. Nous étudierons l’anthroponyme « dans tous ses états »,  dans son rapport à la culture, aux us et coutumes, à la société en général. Nous nous intéresserons particulièrement à la production des noms propres à travers l’espace algérien, à leurs usages, à leur(s) mode(s) de transmission, aux représentations que les usagers se font  de la nomination mais aussi à l’évolution des  pratiques dénominatives à travers l’espace et le temps.  Nous chercherons à comprendre les procédures et les critères qui déterminent l’acte de nommer, les aspects socioculturels et anthropologiques qui influent sur la réalisation des anthroponymes.                     Toutes les catégories anthroponymiques, prénoms, surnoms, sobriquets, hypocoristiques et pseudonymes seront passés en revue et étudiées. Notre champ d’étude ne s’arrêtera pas  aux formes dénominatives profanes mais s’étendra aux formes de dénomination relevant du religieux (hagionymes, noms théophores, noms divins). Etant donné  la variété culturelle de notre pays, nous nous appliquerons à étudier l’anthroponymie algérienne à travers plusieurs régions du pays pour emmagasiner un maximum de dénominations représentatives de la pluralité des emplois induite par la diversité culturelle qui caractérise l’Algérie.  Pour se faire et dans un souci de représentativité, nous travaillerons sur plusieurs échantillons d’anthroponymes, collectés dans différentes régions du nord du pays (Alger, Tizi-Ouzou, Constantine, Sétif, Biskra, Relizane, Mostaganem…).

En outre, un autre volet de notre étude sur les dénominations anthroponymiques concerne les noms théophores et des hagionymes (noms de saints). Leur observation nous permettra de saisir la symbolique de cette pratique dénominative particulière. Elle nous renseignera sur les pratiques religieuses de nos concitoyens et sur leur rapport au spirituel.                                   

Toujours dans la catégorie onomastique religieuse, un troisième volet de notre recherche s’intéressera de manière particulière à une catégorie dénominative « hors anthroponymie », que sont les noms divins tels que relevés d’abord dans le texte sacré, le Coran, puis tels que  traduit en français. Nous nous interrogerons particulièrement sur la traductibilité du nom propre en général et du nom divin en particulier et sur le degré de « fidélité » des traductions en général et plus spécialement de la traduction du nom divin de l’arabe vers le français. La traduction langue à langue est-elle possible connaissant l’impact des paradigmes identitaires sur le nom propre ? Le nom divin est-il monosémique ou prête-il lieu à plusieurs interprétations de sens ? La langue de traduction (ici le français) est-elle en mesure de traduire ces noms divins sans en altérer le sens. Les paramètres culturels et idéologiques du ou des traducteur(s) ne risquent-ils pas d’orienter la traduction du nom divin donc d’en altérer le sens originel ?

Notre second objectif consiste à élaborer un « Dictionnaire  des pratiques dénominatives des Algériens : les usages et les représentations ».  Ce lourd projet de rédaction d’un dictionnaire des noms propres de personnes représente l’aboutissement de toutes nos investigations durant ce projet mais aussi lors des travaux antérieurs. Il contiendra toutes les unités anthroponymiques recensées jusque là, classées par rubriques, avec les informations recueillies dans les documents écrits et auprès des citoyens.  Le dictionnaire finalisé sera une première dans l’histoire des dictionnaires anthroponymiques algériens et constituera une source d’informations unique et précieuse sur la ou les manière(s) de se désigner par les Algériens.

 

Les axes de notre recherche se définissent comme suit:

 -1. La pratique prénominale : usages et évolutions

- 2. Les pratiques dénominatives secondaires : les surnoms, les sobriquets,

         les hypocoristiques et les pseudonymes : usages et représentations

-3. Les noms théophores et les hagionymes (noms de saints) : leur symbolique                                                                                                  

-4. Les noms divins et la traduction

Unités de recherche

- UCCLLA  : Cité Bahi Amar, Bloc A, N°1 Es-Sénia BP 1955 -El M'naouer 31000 Oran, Algerie. Tél / Fax : +213 (0) 41.55.42.48 / E-mail : ucclla @ crasc.dz

- URTT : Cité Bahi Amar, Bloc A, N°1 Es-Sénia BP 1955 -El M'naouer 31000 Oran, Algerie. Tél / Fax : +213 (0) 41.55.42.46 / E-mail : urtt @ crasc.dz

- RASYD : Université de Blida 2, El Afroun, Algerie / E-mail : rasyd @ crasc.dz

-TES : Faculté des Arts et de la culture, Université de constatine 3 constantine, Algerie. E-mail : tes @ crasc.dz

Coordonnées

+213 41 62 06 95
+213 41 62 07 03
     +213 41 62 07 05
     +213 41 62 07 11

 +213 41 62 06 98
 +213 41 62 07 04 

contact @ crasc.dz

C.R.A.S.C. B.P. 1955 El-M'Naouer Technopôle de l'USTO Bir El Djir 31000 Oran